skip to Main Content

Archeogrid est une application Web (https://www.archeogrid.fr), initiée il y a plus de 10 ans, destinée à archiver et diffuser des données numériques iconographiques de la recherche. Tout l’enjeu d’Archéogrid est d’intégrer des données sémantiques aux données numériques afin d’être en mesure d’échanger ces informations selon les protocoles standards d’échange en vigueur (OAI-PMH, RDFa, DublinCore) .

Les données contenues dans Archeogrid sont accessibles par l’intermédiaire de l’interface appelée « tabloïde » qui simule une table lumineuse sur laquelle il est possible de visualiser des « diapositives » par lots. Une visionneuse permet de consulter individuellement chacune des diapositives présentes sur la table lumineuse et de consulter les métadonnées associées à chacune des diapositives.

Les données placées dans Archéogrid / Projets sont destinées à servir de documentation de base pour les projets de restitutions scientifiques des vestiges aujourd’hui en partie ou totalement disparus. La liste des projets de recherches est visible par tous, ainsi que les données générales du projet si elles sont renseignées. Mais pour accéder au contenu d’un projet, il faut disposer d’un compte personnel, attribué à tout chercheur participant au projet. Dans ce cas, l’arborescence inférieure du projet est accessible. Elle rassemble toute la documentation nécessaire au travail de restitution 3D. Les données sont organisées de la façon identique, quelque soit le projet.

  • Données « in situ »
  • Données « éparses »
  • Données « iconographiques »
  • Données « textuelles »
  • Relevés sur site (tout type de relevé)
  • Hypothèses antérieures de restitution (maquettes physiques, dessins, modèles numériques, textes)
  • Documents complémentaires (parallèles documentaires possibles et issus d’autres sites)

Chaque chercheur peut y adjoindre ses propres informations s’il le souhaite, à partir du moment où il dispose d’un compte. Archéogrid utilise également une structure particulière d’« unicos » et d’« unitexte ». Ce sont des fragments d’image ou de texte issus d’un document permettant la manipulation du contenu sémantique des images et des textes ainsi découpés.

Pour tous les projets 3D, nous définissons un thésaurus décrivant la hiérarchie « volumique » de secteur archéologique concerné par le projet. Cette nomenclature 3D constitue l’arête dorsale du projet après sa validation par les membres de l’équipe. A partir d’un élément quelconque du modèle numérique il devient alors possible d’interroger les bases documentaires associés.

Archeogrid et sa base de données associée sont régulièrement revus pour être mis à jour , intégrer les dernières versions des technologies utilisées mais également pour ajouter de nouvelles fonctionnalités de consultation en fonction des besoins.

Pour aller plus loin , Archeogrid a servi de base pour développer un nouveau service : la Stéréothèque .

Ce site collaboratif, exploité par le CLEM est alimenté par la partie STEREO des corpus d’Archeogrid.

La Stéréothèque

Toutes les données d’Archéogrid, fichiers et bases de données, sont hébergées par la Très Grande Infrastructure de Recherche Huma-Num qui assure également l’exploitation d’une partie de nos serveurs liés aux services Web et la sauvegarde de toutes les données du laboratoire et de sa cellule.

Les données contenues dans Archeogrid peuvent être moissonnées par des moteurs afin de rejoindre le web sémantique.

C’est le cas de toutes les données stéréos intégrées dans la Stéréothèque : les images sont indexées puis moissonnées par Isidore, le moteur de recherche des SHS opéré par Huma-Num.

Back To Top