Conservatoire des données

Notre action principale est de sensibiliser les porteurs de projet 3D à prendre en compte l’aspect sauvegarde et pérennisation des données.

Dans le cas des projets développés dans l’environnement d’Archéovision, nous faisons le nécessaire pour le compte de nos différents partenaires et les données 3D sont insérées dans nos espaces de stockage, dont la sauvegarde est assurée par la TGIR Huma-Num anciennement.

Depuis sa mise en place, le conservatoire 3D a été consolidé : mise au point des différents documents techniques de l’arborescence du serveur dédiés au conservatoire. Les jeux de métadonnées ainsi que les formulaires nécessaires aux dépôts ont été définis. Les premiers dépôts ont été réalisés dès la saison 2011- 2012 grâce au développement de nos relations avec les autres laboratoires CNRS et producteurs de données scientifiques 3D.

L’ensemble des données est sauvegardé sur les serveurs de la TGIR Huma‐Num.

Aujourd’hui l’UMS travaille à la conservation pérenne des données 3D. Un nouveau modèle de métadonnées a été déposé. Un nouveau dispositif d’archivage est en cours d’élaboration avec nos partenaires : la TGIR Huma‐Num et le CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur). A terme, les données 3D seront déposées au CINES pour un archivage à long terme. Un premier dépôt-test a été réalisé afin de stabiliser le format de l’archive pour les objets 3D. Ce format de fichiers 3D dédié à l’archivage est actuellement en cours de validation par le CINES pour en garantir la pérennité.

Cette initiative locale de l’UMS Archéovision est aujourd’hui reprise par le Consortium 3D SHS d’Huma-Num, dont la direction a été confié à l’UMS.

Retour