Notre positionnement

Le rôle d’Archéovision est de faire lien entre l’innovation technologique dans le domaine de l’imagerie et la recherche SHS. Si l’usage de la 3D se développe rapidement dans de nombreuses disciplines, les principaux domaines d’expertise du laboratoire sont l’archéologie, l’histoire de l’art et plus généralement le patrimoine. Notre objectif est de produire de nouveaux outils de visualisation des objets anciens, afin d’interroger les vestiges de manière inédite, d’ouvrir la perspective de nouvelles recherches.

L’image 3D permet la spatialisation de données hétérogènes, la formulation d’hypothèses et leur validation. Son intelligibilité lui confère un rôle central dans le cadre de projets interdisciplinaires.

Les données graphiques ou photographiques  produites pour nourrir les recherches sont réunies dans la base données Archéogrid. Elles constituent une documentation essentielle, utilisable pour garantir la conservation des vestiges ou concevoir des supports destinés à favoriser le partage de la connaissance avec d’autres communautés d’utilisateurs.

L’identité d’Archéovision s’est construite dans la pratique de la recherche-action, c’est à dire que le développement de nouvelles connaissances et de réflexions théoriques s’accompagne de leur application.  Grâce à sa cellule de transfert Archéotransfert, le développement des connaissances débouche sur des réalisations concrètes, dans le cadre de projets systématiquement menés en collaboration étroite avec les spécialistes en charge des dossiers scientifiques.

Enfin, l’équipe d’Archéovision intègre les évolutions technologiques à la tradition séculaire de l’imagerie archéologique qui, navigant entre art et science depuis la Renaissance, constitue un substrat d’une grande richesse que prolonge et actualise notre production.

De 2014 à 2017, Archéovision coordonne le Consortium national 3D mis en place par le CNRS (Huma Num).